Première "grande" traversée - 22 au 24 octobre

 

Nous préparons les filles depuis quelques jours : « nous allons naviguer plusieurs jours sans nous arrêter. La nuit vous allez dormir pendant que nous allons nous relayer à la veille ».

 

Le départ est musclé, il faut sortir du Golfe de St Tropez avec le vent encore de face et la mer hachée levée par le coup de vent de la veille.

 

Ça ne manque pas, le mal de mer de Manoë apparaît au bout de 2h et ne la lâchera pas avant le lendemain matin. Elle se plaint à peine et dort la tête au dessus de la bassine, rassurée de ne pas risquer de salir sa couchette. On croise les doigts pour que ça passe... et ouf, ça passe.

 

 

Pour nous, cette longue navigation en famille est aussi une découverte. Pas simple de gérer les filles qui ont perdu toute autonomie dans ce bateau en mouvement alors que nous devons aussi nous amariner.

 

Mais une fois les filles couchées, la magie des (début de) quarts réapparaît. Nos derniers quarts datent de 2013... Et ce soir là, 22 octobre 2020, j'ai l'impression de revivre des émotions et sensations d'il y a 7 ans, mais avec mes minettes qui dorment au chaud. Et je suis profondément heureuse qu'on puisse leur faire découvrir ce rythme particulier des navigations de plusieurs jours. Yaëlle qui s'est écroulée de fatigue dès 17h30, se réveille vers 22h30 et me rejoint à la veille pour quelques minutes. Elle observe la nuit, l'eau noire, la lune, les étoiles et je savoure ce moment avec elle. Quand son bol de coquillettes est fini elle demande à retourner dormir et je me retrouve seule, avec mon mal de fesses à cause du seuil de la porte de la descente, la fatigue et la fraîcheur de la nuit mais je ne voudrais être nulle part ailleurs.

 

 

Le matin le mal de mer de Manoë s'est estompé, elle écoute sa boîte à histoire au chaud sous la couette, Gaëtan dort et avec Yaëlle, nous tentons d'apprivoiser un petit oiseau qui nous a suivi jusque là. Yaëlle lui a trouvé un nom, c'est Kinine. Le temps s'est beaucoup calmé et dans l'après-midi, tout l'équipage passe tour à tour à la douche dans le cockpit. Yaëlle a lancé le bal en réclamant une baignade et rigole comme une folle quand Gaëtan lui verse des seaux d'eau de mer en guise de douche.

 

Le soir le vent forcit à nouveau, tourne et nous devons sortir la trinquette pour avancer correctement au près, sans abîmer notre grand génois. Le temps que Gaëtan installe tout ça, la nuit est tombée et l'apparition des étoiles dans le ciel remplace l'histoire du soir. Dans la cabine, je détourne Manoë de sa crainte d'avoir de nouveau le mal de mer en m'amusant du fait que ce n'est pas facile de vivre dans une machine à laver. Elle précise « dans une machine qui n'arrive pas à tourner » et s'écroule de fatigue.

 

 

De temps en temps, Manoë lance un « elle n'est pas intéressante cette navigation il n'y a rien à voir ! Quand est-ce qu'on arrive ? » Et au grand concours de « qui voit la terre en premier ? », elle gagne. Petit à petit, les livres ou des petites occupations apparaissent dans le cockpit. Puis le vent forcit à nouveau, d'un coup au passage d'un front nuageux et c'est une séance de glissades « tobboggan » devant la descente qui démarre. J'ai l'impression que les filles commencent à adopter un nouveau rythme et qu'on pourrait envisager des navigations plus longues sans trop de craintes. Le coucher des minettes se fait en même temps que celui du soleil et la lune ne tarde pas à nous éclairer. Par le hublot de la cabine avant, Yaëlle est toute contente parce qu'elle voit la lune. Petit Ours Brun dort avec la petite lumière de sa table de chevet allumée mais Yaëlle me fait remarquer qu'elle a la lune à la place. Et d'abord, « pourquoi petit ours brun habite dans une maison ? ».

 

 

Nous mouillons dans la cala Agulla à l'est de Majorque quand il est 22h30 en nous félicitant de cette organisation : nous allons avoir une nuit de sommeil complète ce qui nous permettra d'être en forme demain matin avec les filles qui elles, auront fait une très bonne nuit.

 

Nous avons embarqué à Port Saint Louis du Rhône le 5 septembre 2020 sur notre Mélody nommé Sarabande. Cette année, nous allons visiter la Méditerranée en famille puis un peu l'Atlantique et nous reviendrons en Bretagne pendant l'été 2021.

Vous avez lu le livre ?

Laissez votre avis sur la page Facebook d'Au Fil des Milles !

CONTACT

Pour toute question, remarque ou simplement prendre contact, n'hésitez pas à nous écrire :

 aufildesmilles@yahoo.fr