Des hésitations puis un changement de programme

 

Un peu de pluie et de mauvais temps, des nouvelles d'une famille autour de l'Atlantique, les filles qui réclament leur maison dès qu'un peu d'ennui apparaît... Il faut réagir !

 

 

 

Pendant trois jours, nous n'avons que des questions en tête. L'idée que nous pourrions quitter la Méditerranée pour aller vers les Canaries et pourquoi pas aux Antilles ensuite nous obsède. Et en même temps, nous ne connaissons pas les pays et régions qui sont au programme de notre périple méditerranéen. Est-ce que nous pouvons trouver un moyen sympathique de passer l'hiver en Méditerranée, autant pour nous que pour les filles ? Comment compenser les baignades devenues difficiles/impossible à cause du temps, l'absence de bateaux-copains, le froid (relatif) rendant le bateau inconfortable et les navigations pénibles ? Nous serions tous les deux, nous resterions, curieux de voir ces régions méditerranéennes au patrimoine riche, contents de randonner ou de nous aventurer dans les terres, sac au dos et capables de prendre sur nous pour subir les navigations difficiles.

 

Mais avec deux enfants de 3 et 6 ans, les contraintes sont différentes et nous sentons qu'il faut proposer un voyage plus ludique à nos minettes. Et surtout, au fond de nous, finalement, nous avons envie de leur faire vivre un grand voyage sous les tropiques : naviguer sous le soleil, voir des dauphins, rencontrer des copains qui vivent en bateau comme elles, visiter des pays très différents de la France, vivre les grandes traversées et dépasser le stade du mal de mer.

 

 

Alors c'est décidé, nous partons vers les Canaries ! Nous sommes un peu tard dans la saison mais nous avons encore le temps de faire une transat ensuite si nous y sommes avant janvier. La difficulté maintenant est surtout de quitter la Méditerranée dans des conditions favorables.

 

En attendant, nous allons descendre vers Ibiza pour nous rapprocher de la sortie. Nous sommes le 30 novembre et nous prenons deux jours pour dire au revoir à mon amie Servane et à toute sa petite famille et voir la Sierra de Tramuntana au nord de l'île, où nous voulions tant nous rendre.

 

 

 

Les montagnes de la Sierra de Tramuntana sont impressionnantes et nous parvenons à Soller après avoir emprunté des routes en lacets, entourés de pins sur les hauteurs et d'arbres fruitiers (orangers, amandiers, caroubiers, citronniers, oliviers, …) dans les vallées. La végétation est bien verte, les nuages restant souvent accrochés sur les hauteurs. Les villages traversés sont paisibles et subissent moins les à-coup de la saison touristique que sur la côte.

 

Soller est niché au fond d'une baie assez fermée et son port est désert à cette saison. Avec la grisaille du jour, je ne me serais finalement pas vue passer des semaines ici en hiver !

 

 

Pour l'instant nous ne pouvons pas aller plus loin qu'Ibiza ou Formentera. Les dépressions s'enchaînent, nous offrant un vent d'ouest nord-ouest très fort qui ne semble pas vouloir s'arrêter.

 

Désormais, notre objectif est de passer le détroit de Gibraltar et nos mouvements sont motivés par la météo.

 

Nous avons embarqué à Port Saint Louis du Rhône le 5 septembre 2020 sur notre Mélody nommé Sarabande. Cette année, nous allons visiter la Méditerranée en famille puis un peu l'Atlantique et nous reviendrons en Bretagne pendant l'été 2021.

Vous avez lu le livre ?

Laissez votre avis sur la page Facebook d'Au Fil des Milles !

CONTACT

Pour toute question, remarque ou simplement prendre contact, n'hésitez pas à nous écrire :

 aufildesmilles@yahoo.fr